Ninh Binh

La bourgade de Ninh Binh constitue un haut lieu du tourisme national, grâce à la proximité de Tam Coc (9 km) de Hoa Lu (12 km), ainsi que du parc national de Cuc Phuong (45 km).

Tam Coc
Souvent dénommée la baie d’Along terrestre, ce site d'une exceptionnelle beauté est constitué de hautes formations rocheuses, comparables à celles qui l’on peut découvrir dans la baie d'Along, se dressant sur un tapis de rizières. Tam Coc signifie littéralement les "trois grottes" : Hang Ca mesurant 127 m de long, Hang Giua et Hang Cuoi. La visite du site se déroule généralement au fil de l’eau, en canot à rames sur le Ngo Dong. Ravissant.

Hoa Lu
Si les paysages ressemblent beaucoup à ceux de Tam Coc, Hoa Lu se distingue par son intérêt historique de capitale du Vietnam sous la dynastie Dinh (968-980), puis de la dynastie des Le antérieurs (980-1009). L'ancienne citadelle, en grande partie détruite, était ceinte de remparts qui protégeaient les temples, les sanctuaires et les salons d'apparat. La famille royale vivait dans la citadelle intérieure.
La ville se divisait en trois secteurs. Le premier comprenait celui du palais Thanh Ngoai et la butte Ma Yen où le roi Dinh Tien Hoang hissait ses couleurs; le deuxième, l’actuel village de Chi Phong, abritait les familles des domestiques de la famille royale ; le dernier, connu sous le nom de Thanh Nam, était protégé par des monts qui défendaient l’accès de la capitale pour voie terrestre, et s’ouvrait sur la mer. Le drapeau de Dai Co Viet, ancien nom du Vietnam, flottait sur les monts Cot Co, à l'est, où le roi Dinh inspectait ses troupes. Les trésors nationaux étaient entreposés dans les cavernes Tien, tandis que celles Thien Ton servaient de geôles.

Le temple du roi Dinh Tien Hoang
Peu de vestiges de ce passé faste sont encore visible de nos jours. Demeurent toutefois, les temples des rois Dinh et Le restaurés au XVIIe siècle, qui contiennent dans la salle principale des armes, tambours, gongs, encensoirs, ainsi que les tombes où ils furent ensevelis sur les monts Ma Yen.
Le temple du roi Dinh Tien Hoang fut construit au XVIIe siècle dans un domaine de 5 hectares, à l’image du caractère chinois "noi cong ngoai quoc". La Porte d’Honneur extérieure ouvre sur la cour, puis la Porte d’Honneur intérieure. Derrière deux colonnes, un trône royal en pierre sculpté de dragons et deux autres animaux fabuleux appelés nghe occupe le centre de la salle. On peut y voir des cloches de bronze et une statue de l'empe­reur Dinh Tien Hoang entouré de ses trois fils. À l’extérieur, le sanctuaire de Khai Thanh a été érigé en l’honneur des parents du roi Dinh Tien Hoang.
On y trouve également trois sanctuaires : le premier pour la communauté, le second en l’honneur des mandarins, et un dernier où est installée la statue de Dinh Tien Hoang. Plus loin, on distingue le pavillon des stèles, orné de motifs de dragons.
Le temple du roi Dinh Tien Hoang est un monument à la fois original et d’une grande beauté, remarquable par la finesse de ses sculptures sur bois et sur pierre, à l’intérieur d’un jardin planté d’arbres fruitiers et de fleurs.

La grotte de la Perle
Creusée par la rivière sous la montagne Ngu Nhac Son, à Hoa Lu, une inscription marque l’entrée : “La deuxième grotte du Vietnam’’. Elle fut gravée sur ordre du roi Tu Duc au XIXe siècle. On la visite en sampan, pilotées par de jeunes rameuses aux pieds nus.

Village flottant de Kenh Ga
 Kenh Ga qui signifie "canal aux poulets", présente deux particularités : le village flotte dans un décor montagneux extraordinaire, et les habitants ont une manière bien à eux de propulser leur petites embarcations : ils rames avec leurs pieds. Le village illustre bien le rythme de vie dans ce monde aquatique, où les villageois passent l’essentiel de leur temps sur l’eau. Même les enfants vont à l'école en bateau.